> Accueil > Diffusion Technologique > Revue de presse

Gestion des stocks : la vision du formateur

Aborder la gestion des stocks est une tâche souvent délicate. Un appui méthodologique permet de rendre la gestion des stocks accessible à tous.
Il faut distinguer deux approches en fonction des objectifs attendus : l'approche par le bon sens et l'approche mathématique.

L'approche par le bon sens a pour objectif de rationnaliser le stock en recherchant les références qui sont inutiles et qui sont oubliées par les gestionnaires

  • Les PDR* dont les équipements ne sont plus dans l'entreprise.

  • Les PDR périssables.

  • Les PDR pour le préventif.

  • Les doublons stockés à différents endroits du magasin ou sur plusieurs références dans la GMAO.

  • La mise en stock de petits consommables.

  • La mise en stock d'outillage de dotation pour la maintenance.

D'autre part, le facteur humain entraine le sur-stockage :

  • La peur de manquer.

  • Des politiques restrictives d'approvisionnement déclenchant des stocks de précaution individualisés.

  • La non prise en compte du stock lors de la conception.

Il est souvent recommandé d'utiliser la formule de Wilson pour définir le niveau de stock et la fréquence des commandes mais elle génère souvent des erreurs car les consommations peuvent être aléatoires et les conditionnements supérieurs aux besoins.
Le stock de sécurité permet de compenser les effets aléatoires, il est déterminé en calculant l'écart entre la consommation moyenne et la consommation la plus forte réalisée.

La plupart des références ont des valeurs de stock faibles et il ne faut pas oublier de prendre en compte leur caractère stratégique qui est différent de leur taux de rotation. Une pièce de rechange est stratégique lorsque le coût d'indisponibilité du bien est nettement supérieur au coût de possession durant le stockage. Au bout de quelques années, les caractéristiques du choix sont oubliées et le constat est orienté sur une pièce à forte valeur qui n'est jamais utilisée donc à retirer du stock. Lorsque cette différence de coût est mise en évidence, il ne faut pas oublier de noter dans la GMAO les critères de choix.
Lorsque la consommation est importante, il est important de se demander si elle est liée à une défaillance. C'est un indicateur intéressant pour l'amélioration continue. Lorsque la consommation est importante et normale, il est nécessaire de changer le statut de la référence, de PDR à consommable.

L'approche mathématique est utilisée après avoir fait une étude AMDEC.

Cette étude permet de mettre en évidence les défaillances, de calculer la probabilité de défaillance et la fréquence d'apparition sur une période. Ce nombre correspond à la quantité de pièces consommées probables sur la même période et grâce aux données des fournisseurs (délais, conditionnement), le niveau de stock est défini. Il reste, à l'aide la loi de GAUSS, à définir le stock de sécurité.

Cette méthode est fastidieuse et requière des connaissances particulières. Il est préférable de commencer par le bon sens afin d'éliminer les éléments perturbateurs, ce qui réduira considérablement le nombre de calculs.

D'autres solutions peuvent être employées pour réduire le stock en gardant une souplesse de disponibilité :

  • Le rapprochement du fournisseur qui met à disposition des références dans les locaux du client qui lui appartiendront après consommation uniquement.

  • La standardisation induisant la réduction du stock.

  • La mutualisation des références entre entreprises voisines ou du même groupe.

Beaucoup de solutions sont possibles, elles sont accessibles en restant ouvert aux propositions.

*PDR : Pièces De Rechange

PRODUCTION MAINTENANCE – Octobre, Novembre, Décembre 2008

 
CDT 2015
Feder 2015

Vous avez des questions ?  
mail cdt@cimi.fr
phone 02 54 74 97 03
«  mai 2017  »
lmmjvsd
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031