> Accueil > Diffusion Technologique > Revue de presse

Groupes motopompes : quelle maintenance conditionnelle pour optimiser leur fonctionnement ?

Parmi toutes les installations que compte un site de production, les pompes constituent les utilités et présentent un enjeu de disponibilité du site plus faible que les machines critiques de production.

Leur surveillance est donc faite de façon périodique, et en règle générale, les pompes ne sont donc que peu instrumentées en suivi continu (on line).

Quelles sont les procédures de maintenance pour optimiser les performances des couples moteur/pompe ?

Le respect des règles de montage des étanchéités permet d’optimiser les performances des pompes.
En effet, le montage des anneaux tressés selon les règles des constructeurs n’est pas souvent appliqué (coupe à 45°, le matriçage et le réglage de la fuite), et pour les garnitures mécaniques le constat est le même (montage avec soin, réglage de la côte de compression)

Un autre exemple est le lignage, c'est-à-dire l’alignement des axes de rotation du moteur et de la pompe qui améliore grandement la durée de vie du système d’étanchéité et des roulements, tout en réduisant la consommation électrique.

Quelle surveillance pour les pompes ?

Si le diagnostic est encore trop souvent réalisé par le personnel de conduite des machines suite à une perte de performance (débit ou pression) ou à l'apparition de fuites sur l'étanchéïté de la pompte, différentes actions préventives peuvent être mises en place.

"Elles sont alors de plusieurs ordres, précise-t-on au CIMI. Nous pouvons citer : la vérification des performances de la pompe en fermant la vanne de refoulement (mesure de la hauteur) ou en ouvrant la vanne au refoulement (mesure du débit), complétée par la mesure de l’intensité du courant consommé par le moteur.
En traçant la courbe de la pompe et en la comparant avec celle donnée par le fabricant, on peut diagnostiquer les problèmes suivants :
• Fuite interne
• Réseau obstrué
• Crépine bouchée
• Prise d’air à l’aspiration …

Une autre action possible est de contrôler, la valeur du manomètre à l’aspiration : si la valeur change, elle est synonyme d’un colmatage d’une crépine ou d’une prise d’air.

Si la pompe possède un montage « tandem », la pollution du liquide de barrage dans le réservoir signifie que la garniture primaire est défectueuse.

Pour un montage « double (dos à dos) », le niveau bas dans le réservoir désigne une fuite à la garniture primaire."

Mais l’analyse vibratoire reste l’outil de maintenance conditionnelle qui correspond le mieux au couple moteur/ pompe car il permet de détecter :
• L’usure des roulements
• Une aube déséquilibrée
• Un mauvais alignement moteur / pompe
• Les problèmes de cavitation…

Les appareils de mesure de température ou à ultrason pourront compléter cette analyse.

Des solutions pour maîtriser l'étanchéïté de ces systèmes ?

Les Normes API 610 plan XX et ISO 5199 code XX permettent d’appliquer un montage adapté à la nature, la température, ou la toxicité du produit à étancher.

• Montage simple : eau sans risque de tension vapeur.
• Montage simple avec quench (balayage) : produit cristallisant
• Montage simple avec flushing (circulation) : eau chaude.
• Montage tandem : produit dangereux nécessitant une récupération des fuites.
• Montage double (dos à dos) : produit toxique, corrosif ou chargé.

PRODUCTION MAINTENANCE – Avril, Mai, Juin 2010

 
CDT 2015
Feder 2015

Vous avez des questions ?  
mail cdt@cimi.fr
phone 02 54 74 97 03
«  janvier 2017  »
lmmjvsd
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031