> Accueil > Diffusion Technologique > Revue de presse

Prendre les problèmes d'obsolescence au sérieux

Dans le but de conserver un avantage concurrentiel, les fournisseurs d’équipements industriels misent sur l’innovation et la disponibilité de nouvelles technologies pour proposer à leurs clientèles de nouveaux produits toujours plus performants (rapidité, nouvelles fonctions, qualité, consommation énergétique, encombrement,…). Ces mises sur le marché se font avec des cycles de plus en plus courts, chaque nouvelle génération ayant tendance à rendre obsolète les anciennes gammes. Un tel rythme pose un problème aux fournisseurs, qui, pour des raisons financières évidentes, ne peuvent pas conserver des stocks énormes de composants ou de pièces de rechange pour leurs anciennes séries, et qui à cause de l’obsolescence de ces derniers, peuvent se trouver dans l’incapacité à maintenir la base installée de produits commercialisés.

De leur côté, les utilisateurs finaux cherchent à tirer le meilleur parti de leurs investissements. Chaque équipement est acheté avec un objectif de durée de vie opérationnelle espérée la plus longue possible (tout en préservant la qualité de la production et la sécurité des opérations).

Nous sommes alors en présence de deux tendances opposées qui peuvent avoir des conséquences critiques pour les utilisateurs (indisponibilité de production, …). Cette situation nécessite donc d’être considérée dès l’achat de nouveaux équipements. Nous ne répèterons jamais assez l’importance d’impliquer les services Maintenance lors des projets d’investissements d’équipements dédiés à la Production. L’expertise des hommes de maintenance permettra d’apporter un éclairage important sur la maintenabilité des futurs équipements sur tout leur cycle de vie.

Dans cette phase préliminaire, une analyse de la criticité des pièces sera nécessaire. Pour les pièces jugées essentielles, il faudra d’un côté évaluer les conséquences de l’indisponibilité de la pièce pour réparer l’équipement, de l’autre quantifier les coûts de possession de cette pièce (coût du capital immobilisé, coût du stockage). Le résultat de cette analyse permettra de définir un niveau de stock pour les pièces de rechange, afin de minimiser l’exposition au risque de l’utilisateur.

Les risques d’obsolescence des composants doivent être intégrés lors de cette analyse. En effet, nous avons tendance à raisonner avec des données du présent (par-exemple : qui peut me fournir cette pièce sur le marché, en combien de temps, à quel coût… ?). Les éléments de calculs financiers étant bien maîtrisés, il est même possible pour certains d’extrapoler ce coût pour une situation qui se produirait dans le futur ! Mais se pose-t-on la question de savoir si cette pièce sera disponible dans 10 ou 20 ans ? Les risques sont multiples : disparition du fournisseur, obsolescence d’une technologie, perte d’un savoir-faire spécifique… Des solutions de remplacement sont elles envisageables ? Toutes ces situations doivent-être prises en compte dans cette phase préliminaire et dans la constitution du stock initial de pièces de rechange ou dans la mise en place de solutions alternatives, comme la signature de contrats de service après-vente avec ses fournisseurs.

Malheureusement, la vie n’est pas un long fleuve tranquille pour les hommes de maintenance, et il faut gérer l’existant. Il est donc primordial d’évaluer les risques en cours de vie. Sur des équipements importants, il est nécessaire de refaire régulièrement des analyses de criticité et de dimensionnement du stock de pièces de rechange. Il faut également avoir une oreille attentive aux informations obtenues de ses fournisseurs lors de l’achat de pièces de rechange (recueil d’informations largement facilité si le fournisseur est local) et avoir des retours d’autres utilisateurs de matériels identiques... L’obsolescence des composants est un problème très sérieux qui s’amplifiera dans les années à venir et la maintenance joue un rôle clé dans la gestion de ce type de risques.

Stéphane LE GALL - CIMI


PRODUCTION MAINTENANCE - octobre - novembre - décembre 2012

 

Certification :
Certification VERISELECT

Référencé sur :
Référencé sur Datadock

CDT 2015
Feder 2015

Vous avez des questions ?  
mail cdt@cimi.fr
phone 02 54 74 97 03
«  septembre 2017  »
lmmjvsd
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930